Programme

Alternatives aux phytosanitaires et diversification des assolements en Pays de la Loire : le projet PEI Santé du végétal pour capitaliser les expériences

Session thématique #03
Ressources biotiques et abiotiques : quelle gestion coordonnée de ces ressources et quelle contribution des outils et modèles dans les démarches de conception et évaluation de systèmes multi-performants ?
Logo du projet
Communication orale
  • 16h55 - 17h10
  • Aline Vandewalle - Chambre d’agriculture des Pays de la Loire, Angers & David Lafond - IFVV, Angers
  • Télécharger le PDF du résumé

Pour un nombre croissant de productions végétales, les agriculteurs souhaitant réduire leurs usages de produits phytosanitaires disposent de solutions alternatives, préventives ou curatives (désherbage mécanique, plantes de service, biocontrôle, raisonnement à l’échelle du système de culture…), plus ou moins facilement mobilisables. 

Le projet régional multi-filières “PEI - Santé du végétal” a pour finalité d’aider les agriculteurs à améliorer la gestion sanitaire des cultures. Différents groupes opérationnels permettent à la fois de mobiliser des connaissances et expériences existantes et d’accompagner des groupes multi-acteurs (agriculteurs, conseillers de développement,  organismes économiques et recherche) sur des thématiques innovantes.

Ainsi des enquêtes auprès d’experts régionaux des filières  maraichage, viticulture, plantes aromatiques et médicinales, grandes cultures ont permis de réaliser un panorama des leviers alternatifs à l’utilisation des produits phytosanitaires, de leur efficacité et de leur degré d’utilisation dans les différentes filières. Différents outils ont été construits pour présenter ces résultats (diaporama commenté, webinaires…) et sont diffusés largement. 

La couverture des sols est un des leviers transversaux mobilisé dans les différentes filières (PPAM, maraichage et Grandes Cultures), par le biais d’expérimentation et d’accompagnement de groupes d’agriculteurs. Parmi les modes de gestion de la couverture des sols, le paillage est un levier utilisé à la fois en Grandes cultures et en maraichage.

En ce qui concerne la diversification des assolements, ce sont des enquêtes réalisées auprès d’agriculteurs ou de collectifs pratiquant la diversification qui permettront de construire des outils adaptés aux besoins des producteurs. Des filières en cours de développement sont également accompagnées dans le cadre du projet : soja, chanvre, viticulture associée à des PPAM. 

Dans ce dernier cas, l’objectif était d’étudier la possibilité d’une association d’un viticulteur et d’un producteur de PPAM pour cultiver les PPAM dans l’inter-rang de la vigne. Les avantages envisagés étaient multiples : entretien de l’inter-rang, effet sur les communautés d’auxiliaires pour la vigne, limitation du travail nécessaire pour les PPAM. Un groupe opérationnel Vigne-PPAM a été réuni pour définir les PPAM qu’il serait intéressant de planter, puis pour travailler des itinéraires techniques adaptés pour les différentes espèces de PPAM. Un projet d’expérimentation de ces itinéraires a été mis en place en parallèle.  Au-delà des résultats techniques, les enseignements sont nombreux sur les freins à la mise en œuvre tant techniques que socio-économiques, et sur les modalités de travail entre des représentants de deux filières différentes